2011 -- Situation en Guadeloupe

Les statistiques de 2010 aident à réfuter les propos de tous ceux qui dressent de façon partiale des bilans négatifs de la situation économique de la Guadeloupe.

 

Tout d’abord, l’image de la Guadeloupe qui ressort des dernières études est éloignée de l’image d’une région agricole dont la croissance est rythmée par les campagnes sucrières et bananières.

On a plutôt l’image d’une région qui a réussi à se moderniser, une région qui, grâce à une croissance forte, a réussi à créer un nombre d’emplois stabilisant voire réduisant le chômage, c’est la région française qui a connu la plus forte croissance du PIB par habitant en 2001, cette singularité guadeloupéenne est trop peu souvent relevée.

 

La croissance du PIB est une dynamique qui a rejailli sur la création d’entreprises et sur l’emploi.

 

 Enfin c’est une région "tertiarisée " offrant de nombreux services aux entreprises et aux particuliers.

 

La tertiarisation de l’économie

 

On a donc assisté en Guadeloupe ces dernières années a une transformation structurelle de l’économie à la fois vers la tertiarisation et la modernisation. Le tertiaire fournit aujourd’hui 73,6% des emplois. La prédominance de l’agriculture a été remplacée par celle du tertiaire. Un secteur privé très dynamique s‘est développé , gagnant du terrain sur le secteur traditionnel du petit commerce,du bâtiment et de l agriculture.

 

Le secteur tertiaire comprend toutes les activités non productives de biens de consommation, c’est le secteur des services, dont les prestataires peuvent être soit des personnes, soit des entreprises ;les biens tertiaires sont en général fourni par le commerce,l’administration,les professions libérales, l’artisanat, ce sont des activités qui ont pour objet de fournir des biens immatériels contre paiement. On a donc assisté en Guadeloupe à la fois à un développement du secteur tertiaire, avec une forte croissance de l’emploi public, et à une tertiarisation de l’emploi, avec le développement des services du privé aux entreprises et aux particuliers, le salariat se généralisant (en 7 ans, +16,7% pour les services aux entreprises et +11% pour les services aux particuliers.

 

Les services aux entreprises (services opérationnels, sécurité, entretien, location, assistance-conseil, information, informatique, études) pèsent aujourd’hui, en valeur ajoutée, plus que l’ensemble des branches traditionnellement associée à l‘économie de l’archipel (hôtellerie-restauration, banane, canne à sucre)

 

A l’aube du 21eme siècle, la Guadeloupe ne répond plus à l’image qu’on en avait.

 

L’image traditionnelle d’une économie dominée par l’agriculture, le BTP et le commerce s’atténue.

 

La nouvelle économie qui apparaît est axée autour des services marchands en pleine expansion et autour d’une industrie dynamique, avec une administration qui conserve sa place prééminente.

 

L’industrie a renforcé son poids dans l’économie, toutes les branches de l’industrie ont eu une croissance moyenne de 6 à 8% de valeur courante, le BTP a vu son poids reculer dans l’économie, alors que l’agriculture, déjà faiblement contributrice en terme de valeur ajoutée poursuivait son lent déclin.

 

La valeur ajoutée totale de l’économie provient à 80% d’activités de services ou de commerce qu’elle soit marchandes ou non. Les trois principaux postes de la valeur ajoutée sont le commerce avec 17,3% ,les services marchands avec 11,8%,le BTP avec 10%.

 

La première branche de l’économie paraît aujourd’hui être le secteur "éducation, santé, action sociale " (1/5 de l’ensemble de l’économie), dominé par le secteur public mais incluant une partie privée importante et croissante.

 

L’agro-industrie est devenue secondaire tant par sa contribution au PIB que par ses exportations.

 

Les services (marchands et administrés) représentent 40% de la consommation des ménages et 80% des exports.

 

Les exportations se sont aussi modifiées, les produits agricoles et agroalimentaires sont en recul, les produits industriels et les services en augmentation.

 

http://www.made-in-guadeloupe.fr/

 

Tour d’horizon de la Guadeloupe

 

La Guadeloupe (prononcée : [gwa.də.lup]), en créole, Gwadloup, est à la fois une région et un département d'outre-mer français situé en Amérique. L'Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) lui attribue le code 971.

Ce petit archipel des Antilles, dans la mer des Caraïbes, se trouve à environ 6 200 km de la France métropolitaine, à 600 km au nord des côtes de l'Amérique du Sud, à 700 km à l'est de la République dominicaine et à 2 200 km au sud-est des États-Unis.

Autrefois appelée Calaou çaera, puis Karukera « île aux belles eaux », la Guadeloupe tient son nom actuel du Monastère royal de Santa María, situé dans la ville espagnole de Guadalupe, dans la province de Cáceres en Estrémadure, dont la statue de la Vierge (la « Virgen de Guadalupe »), était vénérée par Christophe Colomb qui vint la remercier pour son aide lors de la découverte du «Nouveau monde».

La région de la Guadeloupe est un archipel de 1 628 km2 qui comprend une multitude d'îles,

dont six sont habitées ; parmi elles, s'en distinguent deux :

 

l'île de Grande-Terre, calcaire, plate et aride ;

l'île de Basse-Terre, volcanique, montagneuse et humide.

Tout à la fois proches et dissemblables, ces deux îles sont séparées par un étroit bras de mer : « la Rivière Salée ». Leur configuration et leur position de part et d'autre de ce bras de mer font qu'elles sont souvent comparées aux ailes d'un papillon déployé sur la mer. À quelques encablures du papillon, se trouvent les autres îles qui composent l'archipel :

Terre-de-Bas, dans l'archipel des Saintes ;

Terre-de-Haut, dans l'archipel des Saintes ;

Marie-Galante, surnommée la grande galette ; ou dantana

La Désirade, incluant les îles de la Petite Terre.

Administration  et Politique

Depuis la réforme constitutionnelle du 28 mars 2003, qui a supprimé les appellations DOM et TOM,

la Guadeloupe est un DROM (Département d'Outre-mer numéro 971 et Région d'Outre-mer). Elle est donc à la fois une région administrativeet un département français d'outre-mer (l'expression DOM reste utilisée aujourd'hui) dont la préfecture est Basse-Terre. Elle constitue avec la Martinique, située à environ 150 km plus au sud, et la Guyane, située au nord de l'Amérique du Sud, les départements français d'Amérique (DFA).

Aujourd'hui, la Guadeloupe fait partie de l'Union européenneau sein de laquelle elle constitue une région ultrapériphérique, ce qui lui permet de bénéficier de « mesures spécifiques », consistant à faire des adaptations du droit communautaire en tenant compte des caractéristiques et contraintes particulières de la région.

Le référendum du 7 décembre 2003, où le non l'a emporté, proposait de mettre en place une nouvelle collectivité territoriale, gérée par une assemblée unique regroupant les compétences de la région et du département. Cette nouvelle collectivité devait rester dans le cadre de l'article 73 de la Constitution avec un régime dit d'assimilation législative.

La politique de la Guadeloupe s'organise comme celle de la France hexagonale : les pouvoirs sont attribués par la population aux maires, élus par vote, de chaque commune de l'archipel. Les citoyens votent aussi pour leurs conseillers généraux et leurs conseillers régionaux. Ce sont les députés qui seront chargés de les représenter dans l'hexagone et de porter les doléances du territoire au chef de l'État. Si une construction doit être remise aux normes après un cyclone, par exemple, on regardera dans les fonds du conseil régional et si on manque de revenus, la requête sera conduite vers l'État. La préfecture du département est Basse-Terre ; de plus il existe aussi une sous-préfecture établie à Pointe-à-Pitre.

 

 

"Wikipedia guadeloupe " Merci pour cette excellente description et de tres jolies photos de notre île .

 

A voir ...!!