Les téléphones volés seront inutilisables

France-Antilles Guadeloupe 04.05.2011

En cas de vol, en plus de l'arrêt de la ligne, le boîtier du portable sera systématiquement bloqué.

Voilà qui devrait mettre un sérieux coup de frein aux vols de téléphones portables et donc aux rackets, vols à l'arraché et autres agressions. L'article 42 de la Loppsi II (loi d'orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure validée le 10 mars par le Conseil constitutionnel) simplifie les démarches nécessaires au blocage des téléphones portables volés. Blocage qui les rende inutilisables par les voleurs. En Guadeloupe, c'est en application depuis mi-avril, pour des raisons de « calage » avec les opérateurs de téléphonie mobile locaux (Orange, Only et Digicel).

Explications du commandant de police Rachèle Lintilhac : « Jusqu'à présent, la victime se rendait au commissariat ou à la gendarmerie, y déposait une plainte et devait, ensuite, prendre contact avec son fournisseur de service, par téléphone ou par le biais de son revendeur, pour faire bloquer sa ligne et le boîtier de téléphone lui-même, afin que celui-ci ne puisse pas être utilisé par quelqu'un d'autre, avec une autre carte Sim. »

Noter le numéro d'IMEI

Sauf qu'en général, si les clients spoliés pensaient bien à faire stopper leur ligne, ils oubliaient très souvent de faire bloquer leur boîtier de téléphone. Résultat : les voleurs pouvaient l'utiliser jusqu'à épuisement du crédit et arrêt de la ligne, puis ensuite y insérer une autre carte Sim ou tout bonnement le revendre.

La Loppsi II change la donne : « Désormais, ce sont les forces de l'ordre qui, quand elles prennent la plainte, transmettent à l'opérateur, par fax ou par mail, un formulaire type mentionnant la date et l'heure du vol, le lieu du vol présumé, l'identité de la victime, le descriptif du mobile... » Dès réception de ce formulaire, l'opérateur doit en accuser réception au service émetteur. Et il doit bloquer le boîtier de téléphone dans un délai maximal de quatre jours. Il deviendra inutilisable.

Mais pour pouvoir faire bloquer son boîtier de téléphone, son légitime propriétaire devra impérativement fournir au service de police qui prend la plainte le numéro d'IMEI (numéro de série ou d'immatriculation de son boîtier). Il est inscrit dans le boîtier, sous la batterie et sur l'emballage de l'appareil. Il est préférable de le noter quelque part, même s'il est possible d'obtenir ce numéro IMEI en appelant son opérateur. Mais alors il faudra être capable de lui indiquer le numéro de la carte SIM.

- En cas de vol de portable

- prendre attache avec son opérateur pour faire bloquer sa ligne (vous pourrez lui demander votre numéro IMEI si vous ne l'avez pas noté).

- déposer plainte auprès de la police ou de la gendarmerie.

- être le plus précis possible sur votre dernier appel (date et heure), pour permettre aux policiers ou gendarmes en charge de l'enquête de tenter de déterminer, par le biais de la carte Sim utilisée, qui téléphone avec votre boîtier.

Astuce

 

Pour connaître votre numéro IMEI de votre mobile, avant de vous le faire voler bien entendu,

- tapez *#06# sur ce dernier

- notez ce code précieusement ou mieux envoyez-le à vous même, par email.

Il vous sera facile de le retrouver par la suite avec une simple connexion Internet.

 

************************************************************************************************

 

Commentaires : 0